L’Ami

Si tu as de la peine

Une forte migraine

Si tu pleures et te traînes

Si le cafard t’enchaîne

Appelle-le

 

Si ton âme déborde

La vie la mort s’accordent

Si l’aube est en discorde

Si tu rêves de corde

Appelle-le

 

Il sera providence

Il sera confidence

Silencieuse présence

Douce convalescence

 

Il mettra du rose sur le noir

Des poèmes sur le désespoir

Sur la souffrance il viendra s’asseoir

Tu te loveras dans son miroir

 

Il donnera ce qu’il est pour rien

C’est un enchanteur un magicien

Tu prendras son rire et son soutien

Avec lui tu te sentiras bien

 

Si un soir il décroche à son tour

Tu te jetteras à son secours

C’est lui et toi et c’est pour toujours

À deux le fardeau semble moins lourd.

 

Écrit en 1995

2 commentaires pour l'article “L’Ami

Laisser un commentaire